Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/03/2015

Les Joyeux démons d'Edward Marston

Les Joyeux démons

de

Edward Marston

edward marston,editions 1018,théâtre,polar historique,tudors,roman policier historique,nicholas bracewell,théâtre elizabéthain

"Londres était la capitale du bruit, un lieu vibrant et changeant, grouillant de vie et vaquant avec clameur à ses occupations. Les fouets claquaient, les chevaux hennissaient, les harnais tintinnabulaient, les essieux grinçaient, les carrosses cahotaient, les marmites s'entrechoquaient, les tours de potier chantaient, les cloches carillonnaient, les chiens jappaient, les poules caquetaient, les vaches meuglaient, les porcs couinaient et des milliers de voix pressantes enflaient le tumulte les jours de travail. Toute la communauté déployait une joyeuse effervescence. C'était le matin."

En ce matin londonien bruyant, Nicholas Bracewell se dirige vers l'auberge de la Tête de la Reine pour assister à une ultime répétition avant la première des Joyeux démons, la nouvelle pièce des Hommes de Westfield. Mais rien ne semble aller lors de ses ultimes réglages. Et si la troupe connaissait son premier échec?

Heureusement pour eux, leur représentation se déroule à merveille. Si on excepte bien sûr l'arrivée intempestive d'un troisième démon qui affole les acteurs.

Cette surprise préfigure d'autres petits pépins qui vont toucher leurs futurs spectacles. Jusqu'à une tragédie qui frappe un des membres.

Nicholas Bracewell mène l'enquête.

edward marston,editions 1018,théâtre,polar historique,tudors,roman policier historique,nicholas bracewell,théâtre elisabéthain

 Vous vous souvenez sans doute que le mois dernier, je m'étais lancée dans cette série de romans historiques avec Shelbylee. J'avais passé un très bon moment avec la Tête de la Reine. Aussi, toujours avec Shelbylee, nous avons décidé de poursuivre l'aventure avec ce second tome.

Dans ce volet, Nicholas Bracewell est confronté à des incidents lors des spectacles donnés par sa troupe. Irruption du surnaturel? Forces démoniaques à l’œuvre? Malédiction? Complot? Chacun y va de sa théorie et notre régisseur est bien décidé à lever le mystère.

D'autant plus que les comédiens vont devoir rejouer Les Joyeux démons dans le nouveau manoir du neveu de leur protecteur. Et le moindre échec pourrait leur valoir la perte de ce soutien primordial.

Une fois encore, Edward Marston parvient à ressusciter le monde du spectacle au temps des Tudors. Un monde en proie aux critiques de certains Puritains. Un prêcheur va notamment tenter de sensibiliser la population de son quartier au côté diabolique du théâtre et aux perversions qu'il entraîne. Est-ce que ce prédicateur ne serait d'ailleurs pas à l'origine du troisième démon, du mât scié...?

Outre les attaques que pouvaient subir les troupes à cette époque, ce tome permet d'aborder la question du rôle du protecteur.En effet, les Hommes de Westfield ne peuvent fonctionner que grâce à la bourse de Lord Westfield. Ce qui les oblige à se conformer à ses désirs et à écouter ses critiques.

De même, on se rend compte que le "star system" existait déjà à l'époque.  Lawrence Firethorn, le comédien principal et Edmund Hoode, le dramaturge en sont le vivant exemple.

Cette incursion passionnante dans le milieu du spectacle élisabéthain s'accompagne d'une description de la vie dans un manoir à la campagne et de la toute-puissance du maître des lieux. L'intrigue policière nous mène aussi dans les couloirs d'un asile.

Justement, en parlant d'intrigue policière, je dirai que c'est là où réside le bémol de ce polar historique. J'ai assez vite compris certains éléments clefs et il est vrai que j'aime bien connaître plus de surprises et voir les fausses pistes se multiplier.

En revanche, j'ai eu plaisir à retrouver les protagonistes déjà entr'aperçus dans La Tête de la Reine. Que ce soit les personnages principaux ou les secondaires, on assiste à une évolution de leurs interactions. Quelques questions me sont d'ailleurs venues à la lecture et je me demande comment certains "Nouveaux" vont influencer les rapports des "Anciens".

Bref, vous l'aurez compris: malgré la résolution du mystère un peu évidente sur certains plans, j'ai passé un  bon moment en compagnie de Nicholas Bracewell et j'aurais plaisir à retrouver cette ambiance tudorienne dans le troisième tome.

Editions 10/18, 277 pages

Billet dans le cadre d'une lecture commune avec Shelbylee

 

 

04/03/2015

Buckingham Palace Gardens

Buckingham Palace Gardens

de

Anne Perry

anne perry, buckingham palace gardens, thomas pitt, charlotte pitt, editions 10/18, polar historique, polar victorien

"La pauvre fille, on l'aurait trouvée dans le placard à linge, répondit Narraway.

Le chef de la Special Branch avait le visage dur, émacié et un regard si sombre qu'il paraissait noir dans la pénombre du cab. Puis, avant que Pitt n'ajoute quoi que ce soit, il précisa:

-Dans l'un des placards à linge du Palais de Buckingham. Un crime particulièrement horrible, semble-t-il."

Thomas Pitt et Narraway, son chef à la Special Branch, ont reçu une convocation au Palais de Buckingham. Une femme de mauvaise vie vient d'y être retrouvée dans un placard à linge, sauvagement assassinée.

Or, la veille encore, elle participait à une soirée privée avec le Prince de Galles.

Pitt et Narraway se retrouvent donc contraints de trouver la vérité tout en ménageant les susceptibilités  des Puissants et en évitant que le scandale n'éclate.

anne perry, buckingham palace gardens, thomas pitt, charlotte pitt, editions 10/18, polar historique, polar victorien

Après l'exotique voyage en Egypte dans Seven dials et les menaces anarchistes de Long Spoon Lane, place pour cette vingt-cinquième aventure des époux Pitt aux ors du palais de Buckingham.

En effet, Pitt et son supérieur Narraway ont été appelés par Dunkeld, un proche du prince de Galles. Alors que la reine Victoria était absente, son fils aîné à convié quelques amis au château. L'objectif principal était de parler de la mise en place d'une ligne ferroviaire entre le Cap et le Caire et dont le maître d’œuvre serait ce même Dunkeld. Mais, même si les gentlemen invités ont beaucoup parlé affaires, ils n'en ont pas délaissé pour autant certains plaisirs. Lors d'une soirée privée, ils se sont même divertis avec trois prostituées.

Au petit matin, l'une d'entre elles a été retrouvée sauvagement égorgée et éventrée dans un placard à linge. Afin d'éviter tout scandale susceptible d'éclabousser la Couronne d'Angleterre, Dunkeld a suggéré la Special Branch comme moyen de faire la lumière sur ce tragique événement en toute discrétion.

Pour Pitt et Narraway, la tâche s'avère quasiment impossible. Car, très vite, après les premiers entretiens avec les domestiques, les deux hommes réalisent que seuls le Prince de Galles et les quatre hommes présents auraient pu commettre ce crime.

Heureusement, Pitt peut compter sur la présence de Gracie qu'il a fait engager comme nouvelle bonne au Palais. Bien qu'impressionnée par le faste du lieu, la jeune domestique n'en oublie pas moins les raisons de sa présence. Avec son sens de l'observation et de la répartie, elle découvre même de nombreuses pistes essentielles.

J'ai aimé cette mise en avant de ce personnage que j'apprécie. Et j'espère que son mariage avec l'inspecteur Tellman ne l'éloignera pas trop des futures intrigues.

Dans ce lieu/mausolée, elle amène un peu de lumière et de vie et permet, une fois encore, de dresser un tableau de la condition de vie des domestiques.

Mais ce huis-clos donne également la possibilité à Anne Perry d'évoquer la politique coloniale et la place de la femme dans les hautes sphères de la société victorienne. La Princesse de Galles, Elsa Dunkeld, Minnie Sorokine....représentent autant de facettes du destin qui attend les jeunes filles de la bonne société obligées de contracter des mariages arrangés. Souvent, elles doivent se résigner et accepter les infidélités de leurs époux voire leurs coups. Rares sont celles qui écoutent leur cœur car un constat d'adultère ruinerait leur réputation et les mettrait au ban de la société.

anne perry, buckingham palace gardens, thomas pitt, charlotte pitt, editions 10/18, polar historique, polar victorien

Edouard VII et Alexandra

De plus, c'est la deuxième fois que nous croisons le Prince de Galles dans un des opus de la série. Cette fois-ci, nous l'approchons de beaucoup plus près. Il est toujours difficile d'entremêler de vraies personnes à des êtres de fiction et j'ai trouvé que l'auteur avait évité l'écueil de l'invraisemblance. Chaque entretien de Thomas avec la Princesse ou le Prince de Galles sonnait juste. Et je suis même ressortie de ce roman policier avec l'envie d'en savoir plus sur eux.

Une fois encore, j'ai été frappée par la qualité de l'intrigue policière. Les fausses pistes s'enchaînent, les questions fusent....et je ne m'attendais pas du tout à ce dénouement. Ni à ce final dans la salle d'apparat en présence de toute la Cour.

En revanche, le seul bémol que j'émettrai concernant Buckingham Palace Gardens réside dans l'absence de certains protagonistes que j'adore. Certes, cette absence se justifie par la teneur même de l'histoire. Cependant, j'espère retrouver dans le prochain tome Charlotte, Lady Vespasia et Samuel Tellman.

L'enfermement n'a donc pas donné la possibilité à Anne Perry de faire plus avancer la relation entre Gracie et Tellman. Néanmoins, comme je le pressentais déjà, certaines bribes de phrases laissent à penser que Narraway nourrit une admiration très forte trop forte pour Charlotte. Je suis maintenant curieuse de connaître l'évolution de ce sentiment.

Bref, vous l'aurez compris: un polar historique réussi. Un de meilleurs crus des enquêtes des Pitt depuis longtemps. Vivement avril pour passer quelques heures en leur compagnie!

Editions 10/18, 2009, 408 pages

Billet dans le cadre du challenge Anne Perry de Syl et d'une lecture commune avec Bianca, Céline et Fanny.

anne perry, buckingham palace gardens, thomas pitt, charlotte pitt, editions 10/18, polar historique, polar victorien

 

 

 

17/02/2015

La Tête de la reine d'Edward Marston

La Tête de la reine

de

Edward Marston

la tête de la reine, edward marston, editions 10/18, the queen's head,

"Château de Fotheringhay, Février 1587

La Mort l'avait suivie patiemment tout au long de sa captivité. Pas un jour ne passait sans que Marie entendît ou imaginât son pas furtif derrière elle, pourtant la Faucheuse retint sa main pendant près de vingt ans. Quand finalement elle frappa, ce fut avec une hâte indécente.

-Demain matin, à huit heures."

Ce roman s'ouvre sur les derniers moments de Mary Stuart. Heure après heure, nous suivons le cérémonial implacable. Jusqu'à son exécution.

D'une tête de reine à une autre...

"La tête de la reine oscillait doucement d'avant en arrière sous la brise légère. Le regard restait captivé à sa vue. Portant perles et diadème dans sa chevelure rousse relevée en une masse de boucles drues, elle avait un visage pâle et distingué, au front altier, au nez fin et aux lèvres pleines. Son impérissable beauté tenait également à ses yeux remarquables. [...] A ce regard impérieux, nul ne pouvait manquer de reconnaître Elisabeth Tudor, souveraine d'Angleterre."

Ce portrait sert d'enseigne à l'auberge de la Tête de la Reine. Une auberge qui abrite les représentations des Hommes de Westfield.

Mais depuis quelques temps, cette troupe, qui entend donner une pièce autour du succès contre l'Armada, semble la cible de saboteurs et d'assassins.

Le régisseur Nicholas Bracewell va tenter de comprendre l'identité de ceux qui veulent ruiner la réputation de ses comparses voire attenter à leurs jours.

la tête de la reine, edward marston, editions 10/18, the queen's head,

Je ne connaissais pas du tout cette série avant de lire le billet de Shelbylee sur sa folie des Tudors. Et elle a su me donner envie de me plonger dans ces romans policiers historiques (d'autant plus qu'en farfouillant dans les étagères de ma bibliothèque, j'ai eu le bonheur de trouver le premier volet en anglais).

Ce qui m'a immédiatement frappé dans la Tête de la reine, c'est l’atmosphère. A la suite de son héros Nicholas Bracewell, l'auteur nous immerge dans le milieu théâtral élisabéthain. Répétitions, querelles de comédiens, rivalités, vie quotidienne d'une troupe...n'ont bientôt plus de secrets pour nous. Et cette partie historique se révèle juste passionnante.

De plus, Edward Marston a su créer un protagoniste principal intelligent, ingénieux, curieux. Un protagoniste au passé trouble (on ne connaît que peu de choses sur ses années dans la marine avant son engagement dans la troupe). Un protagoniste fidèle en amitié. Et à ses engagements.

Autour de ce héros attachant, gravite toute une galerie de rôles secondaires hauts en couleurs. De Lawrence Firethorn, l'acteur cabotin, amoureux d'une Lady et marié à une femme à fort caractère et loin d'être bête  au petit commis, tous nous sont dépeints à la fois simplement mais avec beaucoup de précision. Je n'ai eu aucun mal à les imaginer tant ils me paraissaient vivants.

Tous ces "caractères" permettent à la narration d'entremêler différents registres: vaudeville (les scènes très drôles entre Lawrencre Firethorn et sa femme, par exemple), comédie, tragédie...Comme si l'intrigue elle-même rendait hommage au milieu qu'elle dépeint.

Cependant, cet aspect très théâtral de l'histoire ne doit pas masquer sa dimension policière. Car mystère il y a. Autour de l'assassinat dans un café louche d'un des Hommes de Westfield et d'une prostituée.

Nicholas Bracewell mène l'enquête. Et comme lui, nous tâtonnons, nous butons...Jusqu'à la révélation finale qui ne m'a pas complètement surprise. En effet, depuis quelques chapitres, je m'attendais à l'identité du ou des coupables. Toutefois, sans complètement avoir appréhendé le dénouement...

Bref, vous l'aurez compris: cet ouvrage constitue un polar historique réussi. Vivement la suite pour retrouver ce héros et cette époque fascinante!

Editions 10/18, 2000, 253 pages

Billet dans le cadre d'une LC avec Shelbylee