Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/08/2014

Le Calice des esprits de Paul Doherty

Le Calice des esprits

de

Paul Doherty

le calice des esprits,paul doherty,editions 1018,mathilde de westminster,isabelle de france,philippe le bel,malédiction des templiers,polar historique,14ème siècle

"-Bénissez-moi, mon père, parce que j'ai péché...Il y'a bien des années que...

Je m'assis sur mes talons et contemplai le visage cireux du cadavre étendu sur une civière basse devant moi. Les moines allaient porter à l'église le père gardien, âgé d'au moins quatre-vingt cinq printemps, enveloppé dans son linceul."

Mathilde de Westminster qui vit désormais en ermite dans le couvent franciscain de Newgate, entreprend, à la demande du père gardien, de raconter ses mémoires.

"Il n'ignorait pas qui j'étais. Il savait que j'avais servi la reine mère, Isabelle de France. Que je l'avais accompagnée de l'époque de sa descente aux enfers jusqu'à sa glorieuse remontée, qui n'avait conduit qu'à sa nouvelle chute. Que je m'étais longtemps abritée à l'ombre de la Louve et avais été une disciple de cette" nouvelle Jézabel". Oh, oui, tel un chevalier masqué,  je m'étais trouvée au cœur de cette sanglante mêlée en ces temps ou les puissants basculaient des échelles du gibet ou bien étaient contraints de se tenir à genoux"

Le lecteur est ainsi invité à remonter le fil de ses souvenirs. Après avoir perdu son père, apothicaire de son état, Mathilde a été envoyée par sa mère à Paris auprès de son oncle Réginald de Deyncourt. Dans la capitale, elle parfait ainsi ses connaissances des herbes et de la médecine. Jusqu'à devenir une femme très savante.

Mais en octobre 1307, Philippe le Bel s'attaque à l'ordre des Templiers. Tous sont recherchés et arrêtés. Aucun membre de leur entourage n'est également épargné.

Heureusement, Réginald a eu vent de ce qui se tramait et est parvenu à cacher sa nièce chez un banquier de ses amis.

Ce dernier, afin de sauver la jeune femme, décide de la faire devenir dame de compagnie d'Isabelle de France, la fille du Roi qui doit prochainement épouser le roi Edouard II d'Angleterre.

Par conséquent, Mathilde se retrouve à la Cour de France, au milieu de ceux qui ont condamné les siens et qui la recherchent activement.

 

le calice des esprits,paul doherty,editions 1018,mathilde de westminster,isabelle de france,philippe le bel,malédiction des templiers,polar historique,14ème siècle

 

Le Calice des esprits constitue le premier tome d'une série consacrée à Mathilde de Westminster. Une série écrite par Paul Doherty, un universitaire anglais très prolifique en polars historiques. Outre ceux qu'il a publiés sous son nom, il en a fait paraître d'autres sous des pseudonymes aussi variés que Paul Harding ou C.L Grace.

On s'attache donc au destin de cette jeune femme qui désire ardemment devenir médecin mais qui, suite à la chasse aux Templiers, se voit contrainte de rentrer au service d'Isabelle de France.

Quand elle rencontre la princesse, cette dernière a 13 ans. En proie aux mauvais traitements de son père et des frères (certains d'entre eux aiment visiter sa couche), elle aspire à partir en Angleterre.

Immédiatement, Mathilde et Isabelle se comprennent et se rapprochent. Toutes deux, fort intelligentes dans une époque où les femmes ne doivent pas prétendre à occuper une place importante, elles se soutiennent et s'entraident.

Ainsi, l'apprentie médecin espionne pour le compte de la fille de Philippe Le Bel et tente de comprendre pourquoi les émissaires envoyés par le roi d'Angleterre disparaissent tous dans des circonstances mystérieuses.

Cette enquête, maintes fois dangereuse, va se poursuivre quand les deux jeunes femmes arrivent à Londres.

Après avoir lu et beaucoup apprécié les Rois maudits il y'a une dizaine d'années, j'ai été ravie de me replonger dans cette époque. Au lieu de s'intéresser au sort du roi, de Marigny et des princes, l'auteur s'attarde plutôt sur celui d'Isabelle de France, surnommée "La Louve de France". Et j'ai aimé ce prisme féminin.

A la suite de Mathilde et d'Isabelle, on en apprend beaucoup sur la condition des femmes  (un sujet qui ne me laisse décidément pas indifférente), sur les coulisses de la Cour, sur la vie au quotidien....On voyage dans le Paris et le Londres du 14ème siècle. Mais on découvre  aussi un pan de l'histoire anglaise et française: les alliances entre ces deux pays, l'opposition des barons au nouveau roi Edouard II, l'existence de son favori, l'esprit machiavélique de Philippe le Bel...

De plus, l'énigme policière imaginée est très bien traitée et je ne m'attendais pas du tout à cette conclusion.

Bref, vous l'aurez compris: Le Calice des esprits constitue un polar historique très intéressant. J'aurais plaisir à retrouver Mathilde et Isabelle dans les prochains opus. Surtout que la malédiction des Templiers ne s'est pas encore exercée...Et que la paix en Angleterre semble bien menacée.

Editions 10/18, 2009, 350 pages

 

08/08/2014

Jane Austen à Scargrave Manor

Jane Austen à Scargrave Manor

de

Stephanie Barron

jane austen a scargrave manor,stephanie barron,jane austen enquetes

« Lorsqu’une jeune dame du monde désargenté a le bon sens de répondre favorablement à l’affection qu’elle inspire à un aristocrate d’âge avance, veuf et pourvu en outre d’une belle situation financière,, l’on observe en général que l’union est fort intelligemment assortie pour les deux parties »

Décembre 1802, Jane Austen vient tout juste de refuser la proposition en mariage d’Harris Bigg-Wither. Afin de fuir la déception familiale, elle accepte de participer aux réjouissances données en l’honneur du mariage de son amie Isobel Payne et de Lord Scargrave.

Mais le drame n’est jamais loin…Et dans la nuit, le nouvel époux succombe à  des douleurs intestinales. Très vite, on soupçonne un empoisonnement. Surtout lorsque des lettres anonymes accusent la veuve et l’héritier de s’aimer en secret et d’avoir complote cet assassinat.

Afin de soutenir son amie, Jane Austen décide  de mener l’enquête…

 

jane austen a scargrave manor,stephanie barron,jane austen enquetes

 

Stephanie Barron, une romancière américaine, a imaginé toute une série de romans policiers dont l’héroïne n’est autre que Jane Austen. Vous connaissez mon amour pour cette auteure. Je n’ai donc pas pu résister à la tentation…

Dans ce premier volet, Jane, elle-même, sous la forme d’un journal intime, nous parle des incidents dramatiques dont elle a été le témoin quelques six mois auparavant.

« Ma plume est ma plus fidèle confidente, elle passe en revue les passions et les déceptions qui m’étreignent et que je n’ose même pas partager avec Cassandra, ma sœur ainée. »

J’ai bien apprécié ce choix de structure narrative car je trouve qu’il donne plus de dynamisme à l’intrigue. De plus, on partage mieux les émotions de Jane et les difficultés rencontrées par son amie Isobel Payne.

Cette dernière, comme beaucoup de jeunes femmes de peu de fortune de son époque, a été contrainte d’épouser un homme riche, de plus de vingt ans son ainé. Une arcane de l’histoire qui permet de rappeler la précarité du sort des demoiselles de bonne famille et le courage récent qu’ a montré Jane Austen en refusant une union qui lui aurait assure un confortable avenir.

Comme la veuve est jolie et ne laisse pas indifférent l’héritier du titre, des soupçons se portent sur eux, dès que la mort par empoisonnement de feu Lord Scargrave est confirmée. Et redoublent quand un autre cadavre est découvert…

L’engrenage judicaire se met alors en marche. Un moyen pour le lecteur d’apprendre comment les enquêtes étaient menées au 19eme siècle et comment la noblesse était jugée par ses pairs lors d’un procès exceptionnel à Londres. Toutes ces scènes de comparution m’ont beaucoup intéressée.

De même, j’ai été très sensible à tous les détails qui nous sont donnés, au fil des pages, sur la vie quotidienne, la condition des femmes, le sort des cadets de bonne famille…

A ce talent de reconstitution de Stephanie Barron s’ajoute celui de forger une intrigue policière bien ficelée. Jusqu’au bout elle nous mène de fausse piste en fausse piste…Et je ne me doutais pas du suspect final.

Elle crée également une Jane Austen qui m’a semblé fidèle à l’idée que je me faisais d’elle. Une femme vive, intelligente, pleine de compassion et parvenue  à un tournant de son existence…

Autour d’elle gravitent des personnages tour à tour émouvants, attachants, pittoresques voire ridicules, souvent échos de ses créations littéraires. Je n’ai pu m’empêcher par exemple de rapprocher Tom Hearst de Wickham ou Fanny Delahoussaye de Lydia Bennett.

Bref, vous l’aurez compris : Jane Austen à Scargrave Manor constitue un très bon polar historique. Je pense que je ne tarderai pas à me lancer dans la suite des aventures de cette romancière transformée en détective.

Editions Le Masque, collection Labyrinthes, 446 pages

 Billet dans le cadre d’une lecture commune avec Céline et du challenge 19eme siècle de Fanny.

 

jane austen a scargrave manor,stephanie barron,jane austen enquetes

 

 

03/08/2014

Brunswick Gardens de Anne Perry

Brunswick Gardens

de

Anne Perry

brunswick gardens,anne perry,editions 1018,polar victorien,thomas pitt,charlotte pitt

"Pitt frappa à la porte du préfet de police adjoint et attendit. Ce devait être une affaire urgente sinon Cornwallis ne l'aurait pas convoqué. Depuis qu'il avait été promu commissaire de Bow Street, Pitt n'avait pas suivi d'affaires personnellement, à moins qu'elles n'aient menacé d'embarrasser des gens importants, ou qu'elles n'aient représenté un danger politique, comme le meurtre dans Ashworth Hall, cinq mois plus tôt, en octobre 1890."

Cinq mois après les tragiques évènements de Ashworth Hall, Thomas Pitt est convoqué par son supérieur pour traiter d'une affaire délicate. En effet, une jeune femme vient d'être retrouvée morte chez le révérend Parmenter. Et ce dernier pourrait bien être derrière cette apparente chute accidentelle dans les escaliers.

Afin d'éviter un scandale pour l'Eglise, Pitt se précipite sur les lieux. Force est de reconnaître que la victime, Miss Unity Bellwood, a sans doute été poussée.

Débute alors pour lui une délicate enquête. D'autant plus qu'il retrouve parmi les membres de la maisonnée, un certain Dominic Corde, le beau-frère de Charlotte et surtout son premier amour...

brunswick gardens,anne perry,editions 1018,polar victorien,thomas pitt,charlotte pitt

Après le précédent opus Ashworth Hall dont je n'avais pas apprécié l'intrigue policière mais dont j'avais goûté l'évolution des rapports entre les personnages (notamment Gracie et Tellman), j'avais hâte de retrouver Charlotte et Thomas dans leurs nouvelles aventures.

Mais, dès les premières pages, j'ai eu du mal à entrer dans ce volet. Un crime a été commis dans la demeure d'un éminent révérend. Tout porte à penser qu'il serait le coupable. On l'aurait en effet entendu se disputer avec son assistante et cette dernière aurait crié "Non, révérend".

Cependant, malgré les preuves qui s'accumulent, Pitt a du mal à croire à la culpabilité de l'homme d'église et continue ses investigations.

On suit donc ses tâtonnements, ses allées et venues dans la maison, ses démarches pour en apprendre plus sur le passé de la belle Unity Bellwood...Le tout sur fond de querelles religieuses.

En effet, à cette intrigue policière, vient se greffer un débat autour de l’Église protestante et catholique, mais surtout autour de la religion mise à mal par les théories de Darwin... Un thème que j'ai eu du mal à trouver intéressant. J'aurais préféré qu'on s'appesantisse plus sur celui du féminisme, étant donné les combats menés par la victime.

En revanche, j'étais heureuse de revoir Dominic Corde car je me demandais avec curiosité ce qu'il était advenu du premier amour de Charlotte. Comme d'habitude, j'ai été impressionnée par le talent d'Anne Perry à imaginer l'évolution de ses protagonistes.

Dommage qu'elle ne se soit pas plus appesantie sur celle de Gracie, Tellman, Charlotte...Cette dernière est quasiment absente dans ce tome, même si elle parvient à trouver la solution de l'énigme.

Une solution que j'avais trouvée assez rapidement, tant elle rappelait un ressort déjà utilisé par la romancière.

Bref, vous l'aurez compris: Brunswick Gardens constitue une déception. J'espère que Bedford Square, le cru de septembre, sera plus à la hauteur.

Editions 10/18, 2005, 441 pages

Billet dans le cadre d'une lecture commune avec Bianca, Céline, Fanny, Sybille, Belette et Lara et dans le cadre des challenges Anne Perry et 19ème siècle.

brunswick gardens,anne perry,editions 1018,polar victorien,thomas pitt,charlotte pittbrunswick gardens,anne perry,editions 1018,polar victorien,thomas pitt,charlotte pitt