Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

the frenchbooklover - Page 7

  • Bleu jardin de Clémence Sabbagh et Teresa Arroyo Corcobado

    Bleu jardin

    de

    Clémence Sabbagh et Teresa Arroyo Corcobado

    bleu jardin, clémence sabbagh, teresa arroyo corcobado, album, album jeunesse, littérature jeunesse, histoire du soir, jardin, mésange, bleu, le diplodocus

    "Elle vole, elle vole la mésange,

    la mésange au chapeau bleu.

    Elle s'est posée sur une branche.

    Elle s'est posée sur une fleur bleue. "

     

    Un jardin.

    Repli secret de mésanges bleues qui, au fil des saisons, évoluent. On les voit ainsi zinzinuler, créer leur nid, couver leurs petits et s'envoler vers d'autres horizons. Tranche de vie volatile que cet album cartonné s'attache à nous dépeindre.

    Un album cartonné qui s'inscrit dans la trilogie aux couleurs du jardin editée par le diplodocus et qui nous fait découvrir la nature dans toutes ses teintes renouvelées.

    Un album cartonné qui oscille entre fiction, documentaire et jeu.

    En effet, au gré des pages, l'histoire se pare de pédagogie et d'interaction. Le lecteur aide ainsi les mésanges à édifier leurs refuges ou à chercher la nourriture pour leur couvée. Il peut aussi s'amuser à imiter leurs cris.

    bleu jardin,clémence sabbagh,teresa arroyo corcobado,album,album jeunesse,littérature jeunesse,histoire du soir,jardin,mésange,bleu,le diplodocus


    Une fois encore, j'ai été séduite par la musicalité du style de Clémence Sabbagh. Déjà dans Bonjour le monde, je trouvais que son texte coulait et se prêtait à merveille à une lecture à voix haute. Et là, encore une fois, j'ai eu immédiatement envie de faire sonner les mots.

    J'ai été sensible aussi aux illustrations de Teresa Arroyo Corcobado. Le détail des plumes bleues. Le mouvement des ailes. Les aplats de couleurs. Bouquets de fleurs et d'arbres qui peuplent le jardin.

    Bref, vous l'aurez compris : un très joli livre pour les plus petits que je ne peux que vous conseiller. Et j'aime beaucoup l'idée de cette guirlande à croquer pour les mésanges dont le mode d'emploi nous est donné à la fin. 

    Le Diplodocus, 2021

  • Confusion de Elizabeth Jane Howard

    Confusion

    de

    Elizabeth Jane Howard

    20210419_115829.jpg

    "La pièce était fermée depuis une semaine; le store de calicot à la fenêtre sud donnant sur le jardin de devant avait été baissé; une lumière couleur parchemin baignait l'air froid et confiné. Polly gagna la fenêtre et tira le cordon. Le store se releva dans un claquement sec et la pièce s'éclaircit pour se parer d'un gris sans chaleur, plus pâle que le ciel tourmenté envahi de nuage."


    Depuis le mois de mars 2020, j'ai rendez-vous avec eux. Les Cazalets.

    Si vous ne connaissez pas encore les Cazalets, il s'agit d'une grande famille anglaise qui nous convie dans ses demeures à la campagne ou à Londres et nous confie leurs bonheurs, leurs élans du cœur et leurs peurs.

    Pour ce troisième opus, l'heure est à la confusion. Confusion liée à l'attente pour ceux qui restent et au fracas du monde dans ces dernières années de guerre. Confusion également des sentiments où les adultes s'empêtrent dans des situations sentimentales inextricables et où certains enfants devenus grands font leurs premières armes.
    Une des joies de ce roman a d'ailleurs résidé dans l'évolution de Polly et de Clary. Aussi bien en termes de relation entre elles qu'en termes d'ouverture aux autres. J'ai été particulièrement sensible aux transformations de Clary qui devient une jeune femme très émouvante, entre maladresses et déclarations poignantes.

    Autre régal de cet ouvrage: les passages consacrés à Archie. Archie, introduit dans le précédent volet et qui devient un personnage pivot. Pivot à la fois pour les intrigues et pour les confidences. Et qui illustre à merveille tout le talent d'Elizabeth Jane Howard pour créer des héros marquants.

    De même, encore une fois, j'ai été frappée par la capacité de l'autrice pour nous embarquer dans toutes les histoires de ses protagonistes et pour livrer une narration d'une grande fluidité, malgré la multiplicité des points de vue.

    A cet art de conteuse se superpose un art de la séquence. En effet, je sais déjà que certaines scènes m'accompagneront longtemps. Comme celle d'une rencontre dans un train. D'un pique-nique. D'un échange à l'ombre d'un arbre sur un banc lors d'une soirée de liesse.

    Voilà, mes retrouvailles avec les Cazalets sont finies et c'était merveilleux. Vivement la parution du prochain tome pour répondre à toutes les questions laissées en suspens.
     
    Un grand merci aux éditions la Table ronde pour cet envoi.

    Traduit de l'anglais par Anouk Neuhoff. 
     
    Editions la Table ronde, 2021, 480 pages
     
  • Dame d'honneur d'Anne Glenconner

    Dame d'honneur

    d'Anne Glenconner

    20210414_075909.jpg

    "Holkham Hall domine le nord du comté du Norfolk, avec un soupçon de mépris.  Cette demeure austère n'est jamais autant à son avantage qu'au cœur de l'été, lorsque l'herbe devient couleur de vergeoise et que le parc semble se confondre avec la maison."


    Tout commence par un coup de fil. Celui d'Helena Bonham Carter qui désire en apprendre plus sur la princesse Margaret qu'elle va incarner à l'écran.

    Trois heures de conversation plus tard et voilà une idée qui germe dans l'esprit d'Anne Glenconner. Et si elle revenait par écrit sur ses quasi 90 années de vie dont 30 passées comme dame d'honneur de la princesse ?

    Pendant plus de 300 pages se déploie ainsi la trajectoire d'Anne Glenconner.

    Les premières années dans la propriété familiale non loin de Sandringham.
    Les jeux d'enfant avec Margaret et Elizabeth.
    La guerre et le déchirement de la séparation avec ses parents.
    L'entreprise de poterie familiale et ses démarchages aux États-Unis pour vendre leurs produits.
    Le rôle de demoiselle d'honneur au couronnement de la Reine.
    Le mariage avec Colin Tennant.
    L'aventure incroyable de l'île Moustique et le projet à la fois visionnaire et fou de son époux.
    Les voyages et les missions officielles avec la Princesse Margaret.
    Les désillusions et les chagrins infinis.

    Fragments d'une existence contrastée.
    Reflets aussi d'un milieu à la fois cocon et carcan.

    Petite, j'avais une prédilection pour les mémoires de ceux qui entouraient les têtes couronnées. Femmes de chambre, gouvernantes, valets. J'appréciais ce regard plus intime posé sur des figures de l'histoire et sur une époque.

    En lisant cet ouvrage, j'ai eu l'impression de renouer avec cet intérêt là. Et de me retrouver plongée dans une saison de the Crown.

    Dame d'honneur constitue donc l'autoportrait d'une femme entre glamour et faste. Une femme qui doit se conformer aux règles tacites inhérentes à son rôle social et matrimonial. Une femme parfois en souffrance et qui n'est jamais vraiment libre d'être elle même

    Ce titre représente également un témoignage. Anne Glenconner nous permet, en effet, d'approcher la princesse Margaret et j'ai apprécié la manière dont elle parle d'elle. Avec une lucidité respectueuse. Avec une alternance de scènes drôles et plus tristes.

    Bref, vous l'aurez compris: un livre très intéressant. A la fois autobiographie et regard sur la famille royale et l'aristocratie anglaises. Un livre émouvant que j'ai trouvé également bien documenté en termes d'iconographie. Ce qui rend toujours plus vivant ce type d'œuvre. Un livre que je vous conseille donc si vous êtes fans comme moi de the Crown ou de ce type de récits.

    Traduit de l'anglais par Alice Delarbre. 

    Editions les Escales, 2021, 345 pages