Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

des romans jeunesse - Page 2

  • La Meilleure nuit de tous les temps de Séverine Vidal

    La Meilleure nuit de tous les temps

    de

    Séverine Vidal

    la meilleure nuit de tous les temps, séverine vidal, rouergue, dacodac, amour enfantin, roman jeunesse, roman adolescent

    "Quand on tombe amoureux, on tombe pour de vrai.

    Aimer, c'est s'écrouler dans les escaliers, c'est se fendre la cheville en deux, avoir l'os qui ressort et hurler à la mort en attendant les secours.

    Niveau douleur, c'est à peu près ça.

    La première fois, je n'ai vu que ses cheveux.

    J'étais juste derrière elle en allant au collège, le jour de la rentrée. J'ai donc observé un moment ses boucles rousses, qui virevoltent quand elle marche. Et puis, je l'ai doublée sans oser me tourner vers elle. Pour rêver encore un peu. L'imaginer."

    Le jour de la rentrée, Raphaël Durand tombe fou amoureux de la très belle Colombe.

    Très vite, ils deviennent tous les deux inséparables.

    "C'est fou de faire la connaissance de quelqu'un le 5 septembre et de ne plus pouvoir s'en passer le 6."

    Mais c'est sans compter leurs parents qui, brusquement, leur interdisent de se retrouver.

    Heureusement, Colombe a une idée géniale pour contrer ce diktat.

    Et s'ils passaient la meilleure nuit de tous les temps?

    la meilleure nuit de tous les temps, séverine vidal, rouergue, dacodac, amour enfantin, roman jeunesse, roman adolescent

    Vous vous rappelez sans doute à quel point j'ai eu un coup de cœur pour le magnifique Quelqu'un qu'on aime de Séverine Vidal. Et je poursuis mon exploration de son œuvre avec ce titre..

    Dès les premières pages, j'ai été happée par cette histoire à la fois drôle et poétique.

    Peut-être parce qu'il est impossible de ne pas s'attacher à Raphaël dont le quotidien a été tourneboulé depuis la rentrée...

    Peut-être parce que l'amour entre Raphaël et Colombe frappe par sa sincérité et sa pureté...

    Peut-être parce qu'il fait résonner en nous d'anciennes amourettes d'enfance...

    Peut-être parce qu'on est surpris par la tournure de l'intrigue...

    Peut-être parce qu'on aurait adoré à l'âge des héros connaître cette meilleure nuit de tous les temps (et quelle nuit!)....

    Peut-être parce qu'on oscille entre le rire et les émotions...

    Peut-être parce que ce roman parle avec une telle justesse et une telle sensibilité d'amour, de famille, de colère, de révolte enfantine...Bref, de vie...Tout simplement... et c'est là peut-être que réside sa plus grande force....

    Bref, vous l'aurez compris: j'ai beaucoup aimé cet ouvrage qui évoque avec talent la force du premier amour.

    "Quand on tombe amoureux, on tombe pas vraiment. On s'envole."

    Rouergue, 2012, 87 pages

     

     

     

     

     

  • L'île du crâne d'Anthony Horowitz

    L'île du crâne

    de

    Anthony Horowitz

    île du crâne,anthony horowitz,david eliot,livre de poche jeunesse,groosham grange,roman fantastique jeunesse,mois anglais 2015

    "A l'heure du dîner au 3, villa Wiernotta.

    M. et Mme Eliot étaient à table avec leur fils David. Le repas se constituait ce soir-là d'un grand plat de chou cru assaisonné de sauce au fromage. M. et Mme Eliot ne mangeaient jamais de viande. L'atmosphère était franchement glaciale. L'après-midi même, dernier jour du premier trimestre, David était rentré au collège avec son carnet scolaire. La lecture n'en avait été guère réjouissante."

    Pour la énième fois, David Eliot vient d'être renvoyé de son collège. Excédés, ses parents ne savent plus quoi faire de lui. Quand un courrier arrive à leur domicile...

    Miracle! Il s'agit d'une proposition émanant de Groosham Grange: "Comme l'indique la brochure ci-jointe, nous sommes un pensionnat et nous offrons un environnement unique à des enfants âgés de douze à seize ans, qui se sont montrés réfractaires aux méthodes modernes d'enseignement."

    Emballés par cette offre, les Elliot acceptent immédiatement. Et voilà David envoyé dans une école très étrange sur la sinistre île du crâne.

    Heureusement, il n'est pas le seul néophyte. En effet, deux autres cas l'accompagnent: Jill et Jeffrey.

    Très vite, les trois amis vont être confrontés à des phénomènes étranges.

    île du crâne,anthony horowitz,david eliot,livre de poche jeunesse,groosham grange,roman fantastique jeunesse,mois anglais 2015

    Groosham Grange

    Cela faisait longtemps que je me disais que je devrais me lancer dans ce classique de la littérature jeunesse anglaise mais je n'avais jamais encore eu l'opportunité.

    Ce qui m'a immédiatement frappée dans cet ouvrage, ce sont ses ressemblances avec Harry Potter. Pour preuve, on retrouve: un contexte familial difficile, une missive adressée par une mystérieux pensionnat, un groupe de trois nouveaux (deux garçons et une fille), des phénomènes étranges, des créatures extraordinaires....

    A croire que JK Rowling s'est inspirée de cet ouvrage publié en 1983 pour écrire son œuvre fondatrice....Mais elle a su créer un univers marquant, à côté duquel Groosham Grange paraît quelque peu fade.

    Pourtant, indéniablement, ce roman présente de nombreuses qualités. A commencer par le sens du rythme impulsé par Anthony Horowitz. J'ai découvert qu'il avait participé aux scénarii de nombreuses adaptations d'Agatha Christie pour la télévision. Et cela se ressent dans son écriture très cinématographique, tant au niveau du découpage, des dialogues que des descriptions. L'action ne souffre aucun temps mort.

    Pourtant, l'auteur parvient en quelques mots choisis à bien camper ces personnages. Et que dire de cette galerie de protagonistes quelque peu atypiques? Autour de David, Jill et Jeffrey, évoluent des professeurs et des élèves pas comme les autres.

    C'est ce que nos héros vont observer et accepter/rejeter au fil des pages. Ils vont mener une enquête sur le fonctionnement étrange de ce collège et croiser lors de leurs pérégrinations quelques sorciers ou vampires.

    Sous ces dehors fantastiques, l'Ile du crâne questionne également les thèmes de la différence et de l'acceptation de soi. Chacun à Groosham Grange a sans doute subi le rejet d'autres personnes avant d'intégrer la communauté. Et si, justement, le bonheur ne venait pas après avoir reconnu et assumé sa vraie nature?

    Je ne peux pas clore ce billet sans aborder la question de l'humour. Même s'il se pare d'une certaine aura mystérieuse, ce roman comporte avant tout une tonalité très drôle. En témoigne une des scènes introductives où Mme Eliot subit physiquement les maladresses de son compagnon. J'ai eu l'impression en les parcourant d'assister à des sketch so british à la Mr Bean.

    Bref, vous l'aurez compris: l'Ile du crâne constitue un bon divertissement, bien construit et bien écrit. Malheureusement, il souffre de la comparaison avec Harry Potter. Par conséquent, je ne sais pas si je me lancerai dans la suite des aventures de David et Jill.

    Le Livre de Poche, 180 pages

    Billet dans le cadre du mois anglais organisé par Titine, Lou et Cryssilda.

     

    île du crâne,anthony horowitz,david eliot,livre de poche jeunesse,groosham grange,roman fantastique jeunesse,mois anglais 2015

     

     

     

     

  • Le Jardin de minuit d'Edith

    Le Jardin de minuit

    librement adapté du roman Tom et le jardin de minuit de Philippa Pearce

    par Edith

    le jardin de minuit, edith, collection noctambule, gallimard, adaptation littéraire, classique anglais, roman jeunesse anglais, tom et le jardin de minuit, philippa pearce

    "Tom? Tom!

    Tom, cela n'amuse personne. Ni ton père ni moi de te voir partir, ni ton frère d'avoir la rougeole."

    Lors d'un été, Peter, le petit frère de Tom contracte la rougeole. Comme son aîné ne l'a pas eu, il est envoyé chez sa tante et son oncle.

    Ces derniers vivent dans une maison séparée en plusieurs appartements.

    Au dernier étage, réside notamment l'excentrique Madame Bartholomée dont l'horloge sonne treize coups après minuit.

    Au début de son séjour, notre héros s'ennuie à en mourir. Comme en témoignent ses missives à Peter.

    "Peter, au secours! Ma vie ici, c'est: manger...m'ennuyer...manger...m'ennuyer. C'est le pire trou que je connaisse et le temps passe lentement, c'est désespérant."

    Puis, un soir, n'y tenant plus, après les treize coups, Tom part en expédition. Et,ô magie, quand il ouvre la porte de derrière, il tombe sur un jardin magnifique.

    Un jardin de minuit, accessible que pour lui et qui disparaît le jour levé...

    Commencent alors pour lui de merveilleuses vacances.

    le jardin de minuit, edith, collection noctambule, gallimard, adaptation littéraire, classique anglais, roman jeunesse anglais, tom et le jardin de minuit, philippa pearce

    Je ne connaissais pas du tout ce classique de la littérature jeunesse anglaise. Mais j'ai été  attirée par la couverture de ce roman graphique. Ce qui a achevé de me convaincre, c'est la mention de l'adaptation par Edith. En effet, j'avais beaucoup apprécié sa relecture des Hauts de Hurlevent, parue dans la collection Ex-Libris chez Delcourt.

    Dès les premières pages, on fait la connaissance de Tom, un petit garçon comme les autres qui s'ennuie pendant ses vacances d'été chez son oncle et sa tante.

    Un soir, il part en exploration car il est étonné d'entendre l'horloge de la maison sonner treize coups juste après minuit.

    A la faveur d'une porte...le voilà plongé dans un jardin immense.

    Le lendemain matin, il tente de le retrouver. Mais il n'aperçoit qu'une cour pour les poubelles et une impasse.

    Cependant, chaque soir, le miracle se reproduit et Tom revient dans le jardin.

    Là-bas, personne ne semble le voir. Personne à l'exception de la petite Hatttie qui devient très vite sa compagne de jeu.

    Tom ne vit que pour ses nuits en compagnie de la jeune fille. Mais on ne peut arrêter le cours du temps...Comme il va l'apprendre à ses dépens.

    le jardin de minuit, edith, collection noctambule, gallimard, adaptation littéraire, classique anglais, roman jeunesse anglais, tom et le jardin de minuit, philippa pearce

    Cette histoire m'a immédiatement séduite. J'ai toujours eu une prédilection pour les univers oniriques. Ceux où ne sait où s'arrête la frontière entre réalité et songe. Est-ce que le jardin existe vraiment? Ou n'appartient-il qu'à l'imaginaire du petit Tom?

    Deux mondes s'opposent: celui plus froid, plus sévère, plus simple des journées de Tom et celui plus gai, plus coloré, plus dense, plus lumineux du jardin. Comme si le rêve donnait tout son sens à la vie...Comme si la vie ne pouvait être supportable que grâce au rêve... Cet antagonisme est d'ailleurs à merveille souligné par le choix des teintes et par les traits et les fonds d’Édith.

    A ce pouvoir du rêve s'ajoute une réflexion sur le passage du temps et le poids du passé, autant par ces incursions nocturnes dans un parc victorien que par des discussions avec certains locataires.

    De même, ce roman graphique se révèle un très bel hommage à l'enfance, à ses jeux, à ses camaraderies....A cette sorte d’Éden vers lequel l'adulte peut/veut retourner.

    En découvrant ce classique, je n'ai pu m'empêcher d'ailleurs de penser à Peter Pan de JM Barrie et à cette relation qui m'a toujours plu entre Peter et Wendy (comment ne pas y voir une évocation avec le duo Tom/Hattie?)

    Bref, vous l'aurez compris: j'ai été conquise par cet ouvrage poétique et je vous conseille d'entrer à la suite de Tom dans ce jardin de minuit.

    Editions Gallimard, collection Noctambule, 2015, 96 pages