Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/01/2016

Mon Top jeunesse 2015

Mon Top jeunesse 2015

books readinf.jpg

Je reviens vers vous ce soir avec un billet autour de mon Top jeunesse 2015.

Cette année écoulée a été l'occasion de faire de très très belles découvertes et de me plonger dans des ouvrages, qui je le sais déjà, m'accompagneront longtemps.

Côté romans, voici les cinq titres qui s'imposent comme une évidence:

quelqu'un qu'on aime.png

Quelqu'un qu'on aime de Séverine Vidal, Sarbacane:Parce que le coup de coeur s'est imposé dès les premières pages/ Parce que ce roman profondément humain m'a fait tour à tour pleurer et rire/Parce que je me suis attachée à tous ces personnages/ Parce que j'adore le concept de famille qu'on se crée/ Parce que leur tournée était décidément trop courte/ Parce que "Des falaises en sursis/Voilà ce que nous sommes"/Parce que la plume de Séverine Vidal véhicule tant d'émotions/Parce que Gary/Parce que....

lever de rideau sur terezin.jpg

Autre lecture forte: Lever de rideau sur Terezin de Christophe Lambert, Bayard : même si j'avais adoré aussi Swing à Berlin parcouru en janvier, j'ai finalement retenu ce titre très fort. Cette fois-ci, l'auteur nous amène dans le camp de concentration de Terezin, où son personnage principal, le dramaturge Victor Steiner, doit écrire une pièce de théâtre autour de Molière et de Louis XIV pour une visite de contrôle de la Croix Rouge. Réflexion sur la création/Sur l'art en temps de guerre/Sur la solidarité/Sur l'humanité qui peut fleurir même dans la plus extrême violence/Sur la nécessité de résister envers et contre tout/Le tout servi par une très belle plume.

broadway limited.gif

Direction ensuite le New-York de la fin des années 40. Avec un dîner avec Cary Grant, le premier tome de Broadway Limited, à l'Ecole de Loisirs, Malika Ferdjoukh nous fait suivre le destin de six jeunes femmes et hommes à un croisement de leur vie. Six voix qui retentissent et qui nous parlent d'amour, d'amitié, de galères, de recherche du succès et de ce Broadway de l'après-guerre. Un roman doudou dans la veine de Quatre soeurs et qu'on quitte à regret.

petites reines.jpg

Changement d'époque....Pour une virée sur les routes à bicyclette. Il m'aurait été difficile de ne pas inclure dans cette liste Les Petites Reines de Clémentine Beauvais, paru chez Sarbacane. De cette lecture printanière, je garde une sensation de rires. Que ce soit dans le métro....ou sur mon fameux canapé...je me suis souvent surprise à m'esclaffer. Même si j'ai été un peu déçue par la conclusion de cette odyssée, j'ai savouré les étapes du voyage et les dialogues qui faisaient toujours mouche.

CVT_La-ou-tombent-les-anges_506.jpeg

Dernière escale, dans le Paris de 1912 au début des années 20: Là où tombent les anges de Charlotte Bousquet. Je l'ai entamé un soir de novembre et j'ai eu du mal à le lâcher. Malheureusement, je n'ai pas pris le temps d'en parler. Pourtant, j'ai été captée par ces destins de femme en temps de guerre, par leur vie à l'arrière, par leurs relations conjugales, par leur participation au bouillonnement artistique....Quel style incroyable! Et quel ambitieux ouvrage qui tient toutes ses promesses!

Après les mots, place aux images avec ces cinq albums qui ont marqué mon année 2015.

DanseusePapillon_C1C4.gif

-La Danseuse papillon d'Audrey Alwett, avec des illustrations de Luky, Soleil : Le destin d'un papillon trop attiré par la lumière de la scène et qui risque fort de s'y brûler. Un petit bijou de poésie et de sensibilité sur l'amour, sur la danse, sur le tourbillon de la vie...magnifié par Luky qui nous emporte dans un monde entre ombres et lumières.

lion et oiseau.jpg

-Le lion et l'oiseau de Marianne Dubuc, éditions La Pastèque: une magnifique histoire d'amitié entre un lion et un oiseau ou comment chacun a besoin de l'autre pour combler une solitude pesante. Les mots se font rares, les silences occupent l'espace...Pour mieux épouser les sentiments et retranscrire ce vide si lourd de sens qu'est parfois l'absence. Un album rare et qui touche la corde sensible de chacun. Un titre à conseiller et à partager sans modération.

peintre des drapeaux.jpg

-Le Peintre des drapeaux d'Alice Brière-Haquet, illustré par Olivier Philipponneau, Frimousse: un très bel ouvrage autour de l'artiste en temps de guerre. Des mots et des images sobres pour une histoire très forte qui fait réfléchir et qui nous émeut aux tréfonds de notre âme.

autrefois l'olympe.jpg

-Autrefois l'Olympe....mythe en haïkus d'Agnès Domergue, éditions Thierry Magnier: Sous forme de devinettes en haïkus, les grandes figures de la mythologie sont invoquées. Au lecteur de se montrer perspicace et de les retrouver. Un univers tout en délicatesse souligné par les images ciselées de Cécile Hudrisier.

voleur d'enfants.jpg

-Le Voleur d'enfants de Michael Escoffier, illustré par Clément Lefèvre, éditions Chocolat jeunesse: dès les premières pages, on est happé dans un autre âge, un âge inquiétant où il ne semble pas bon d'être un enfant. En effet, un voleur vient les enlever...A la manière d'une ritournelle inquiétante, ce sinistre personnage nous fais frémir. Et si finalement, il ne fallait pas se fier aux apparences? Un très bon conte, aux allures sombres et angoissantes, qui a le don de surprendre le lecteur.

Et vous, quels ont été vos coups de cœur jeunesse en 2015?

 

 

 

04/11/2015

Invisible de Charlotte Bousquet & Stéphanie Rubini

Invisible

un roman graphique de Charlotte Bousquet

illustré par Stéphanie Rubini

invisible.jpg

"Ne me cherchez pas sur la photo de classe. Je n'y suis plus. Je n'y suis jamais de toute façon.

Ce rituel, je trouve ça débile. Et puis, c'est toujours la même chose, les petits devant, les grands derrière, le prof sur le côté, "ouistiti!". A la fin, tout le monde se bat pour récupérer un truc moche et gribouiller des petits cœurs dessus."

Marion se sent invisible. Invisible aux yeux de sa famille. Invisible aux yeux de ses camarades de collège.

De celles dont on confond le prénom. De celles qu'on ne remarque jamais. Sauf dans les situations difficiles qui lui valent des quolibets.

"Tu ferais mieux de renoncer avant de te prendre la réalité en pleine face, ma grosse. Même pour tes parents, t'es invisible. Nulle. Néant. Nada. "

Puis, quand elle se rapproche de Soan, elle finit par croire que sa présence va prendre un tout autre sens.

Et si...?

invisible,charlotte bousquet,stéphanie rubini,gulf stream éditeur,roman graphique,bande dessinée,maux d'adolescents,dépression

J'avais déjà eu l'occasion de vous parler sur ce blog de Rouge Tagada, le premier roman graphique consacré à ces années collèges, si marquantes et parfois si dures pour ceux qui les traversent.

Un album qui m'avait marqué par sa justesse et sa très grande sensibilité.

Puis, Charlotte Bousquet et Stéphanie Rubini ont poursuivi l'exploration des membres de cette classe. Bulles&blues ainsi que Mots cutter, mots rumeurs ont enrichi cette collection.

Harcèlement/Besoin de se démarquer/Envie de s'affirmer/Doutes sur sa sexualité/Amour qui tait son nom/Honte aussi...autant de maux d'adolescents évoqués entre ces pages.

Jusqu'à ce dernier opus. On y fait la connaissance de Marion, l'absente-invisible. Un peu grosse, très timide, tout le temps rougissante. Elle rase les murs. Et disparaît parfois même aux yeux de ses parents.

Un désarroi profond l'envahit. Comme si elle acceptait cette invisibilité. Qui la fait pourtant tant souffrir.

Toujours dans les tons gris, elle se fond dans le décor. Mais Stéphanie Rubini, par des touches de couleur (ses bocaux, ses affiches, ses créations) nous montre à quel point cette héroïne se dévalorise.

On a envie d'y croire. On a envie, comme elle, de penser qu'elle va enfin exister pour les autres et par les autres. Surtout lorsque le beau Soan, jeune premier de la Nuit des Rois, la pièce dont elle est la costumière, commence à lui parler.

A cette question du regard de ceux qui entourent, regard si important, regard si fui et si espéré à la fois, se superpose donc celle des premiers émois.

"Quand je suis arrivée en cours, Soan n'était pas là. Toute la journée, j'ai eu une boule dans la gorge, une boule de larmes dures et salées qui m'empêchait de respirer."

Montagne russe des sentiments/Oscillation perpétuelle entre le "il m'aime"/"il n'en a rien à faire de moi"

"J'ai chassé cette voix familière, cette voix que je haïssais à coups de comètes et de rêves éveillés."

Que c'est beau! Que c'est poignant aussi!

A la manière d'une pièce de théâtre, les actes s'enchaînent. Et on ne sait si ce magnifique roman graphique prendra la tournure d'une comédie ou d'une tragédie.

Jusqu'à ces ultimes pages dont je ne vous dirai rien. Mais qui m'ont tant émue.

Bref, vous l'aurez compris: un volet extrêmement réussi, à la fois poignant et percutant, qui confirme tout le talent de ce duo Charlotte Bousquet/Stéphanie Rubini.

Gulf Stream, 2015

 

 

 

 

 

07/01/2014

Rouge Tagada de Charlotte Bousquet

Rouge Tagada

de

Charlotte Bousquet

illustré par Stéphanie Rubini

rouge tagada, charlotte bousquet, stéphanie rubini, bande dessinée sur l'adolescence, bande dessinée sur l'amitié, bande dessinée sur l'éveil amoureux

"Un regard chocolat, des fossettes sur les joues, un parfum de pain d'épice, un sourire plein de malice et une peau tiède si lisse que j'avais envie de la toucher tout le temps, de la respirer, de m'y rouler comme un gros chat"

Dès le jour de sa rentrée en classe de 4ème, Alex remarque Layla.

rouge tagada, charlotte bousquet, stéphanie rubini, bande dessinée sur l'adolescence, bande dessinée sur l'amitié, bande dessinée sur l'éveil amoureux

"Elle était dans ma classe. Quatrième D. D comme déconne, délire, débile, dévergondé, début, douleur, douceur aussi. Il y'avait tout cela chez nous. [...] Mais il n'y avait qu'une Layla. Et au bout d'un mois, je ne savais toujours pas comment lui parler"

Il faut attendre la représentation de la Nuit des rois dans un théâtre du quartier pour que les deux filles se rapprochent.

Et, "à force de jouer à "je te raccompagne", "tu me raccompagnes"", les deux adolescentes deviennent amies.

rouge tagada, charlotte bousquet, stéphanie rubini, bande dessinée sur l'adolescence, bande dessinée sur l'amitié, bande dessinée sur l'éveil amoureux

J'ai découvert ce roman graphique grâce à Moka.

Charlotte Bousquet y aborde avec beaucoup de délicatesse cet âge de transition où l'amitié compte plus que tout. Alex et Layla deviennent vite inséparables, provoquant même la jalousie de leur entourage (élèves, professeurs....).

"C'était peut-être parce que Layla et moi on était différentes, parce ce que ça se voyait sur notre visage qu'on était dans une bulle, une bulle qui sentait le caramel et le pain d'épice, les fous rires et les déguisements, les rêves éveillés, les histoires de princesses et d'exploratrices, de grande photographe et de comédienne la plus célèbre du monde"

Mais l'adolescence se révèle également l'âge des premiers émois, de l'éclosion des désirs et des sentiments amoureux. La rencontre d'un garçon va bouleverser cette complicité entre Layla et Alex. Jusqu'à un après-midi rouge Tagada...

rouge tagada, charlotte bousquet, stéphanie rubini, bande dessinée sur l'adolescence, bande dessinée sur l'amitié, bande dessinée sur l'éveil amoureux

A la plume sensible de l'auteure répond le dessin très coloré de Stéphanie Rubini. Un dessin qui accompagne à merveille les mots et qui leur donne souvent encore plus d'intensité.

Bref, vous l'aurez compris: Rouge Tagada est une très jolie œuvre que je vous recommande.

Gulf Stream, 15 €