Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/12/2014

Mon mois de décembre 2014

Mon mois de décembre 2014

 

Vacs Saint-Laurent-de-Cabrerisse 128.jpg

Commencer mon mois encore émerveillée par les belles rencontres du Salon du Livre Jeunesse/Comme une petite fille, montrer à Françoise mes dédicaces/Une semaine Incorruptible à l'école maternelle/Des lectures, des rires, des rondes/Et une chasse au loup/Le plaisir de voir tous ces enfants/Un pot avec mon frère qui se prolonge en dîner avec lui et son amie Dora/Une soirée imprévue réussie/Une journée comme toutes les autres/Échanger sur Whatsapp avec mon père/Lui parler de l'avancée de mon blog dans le classement e-buzzing/Rigoler de ses plaisanteries/Le quitter avec la promesse d'un appel le dimanche suivant/Ne pas savoir.../Dix minutes plus tard, son cœur qui lâche sur un bateau près des rives espagnoles/Ce coup de fil que je n'attendais pas/Un choc/L'impossibilité de réaliser/Comment tout peut se finir en aussi peu de temps/Devoir appeler mes proches, ses proches pour leur dire l'effroyable nouvelle/Redouter les annonces/Dire une phrase qui n'a pas encore revêtu tout son sens/Papa est mort/Retrouver mon frère, ma mère et Dora pour une première veillée/Se coucher tard/Ne pas trouver le sommeil/Se noyer dans une mer de larmes/Maudire le destin/Trouver la vie injuste/Plus personne ne m’appellera jamais Poupette/Prendre un avion pour Malaga/La dernière fois, c'était pour ses 60 ans en octobre/Partager le chagrin avec ma belle-mère, sa mère, son frère et mes frères et sœurs/Des bras qui enserrent, qui communient, qui donnent de la force, qui partagent.../Des démarches encore inimaginables la veille/Des mails, des messages sur Facebook, des textos, des appels/Toute une vague d'amour et de tristesse qui nous submerge/Le jour de mes 32 ans/Me lever/Enfiler une robe noire/Partir pour un dernier adieu/Lui dire au revoir le jour où il m'avait dit bonjour/Des larmes, toujours des larmes/Des présences rassurantes/ Un dîner d'anniversaire dans le restaurant de ses 60 ans/Une carte et un gâteau préparés par ma petite sœur/ Ne pas parvenir à souffler toutes mes bougies/Quelques rires timides/Regarder Harry Potter et la coupe de feu avec mes frères/Aller voir l'entraînement de rugby de Vincent/Repartir pour Paris/Des jours qui se diluent entre le chagrin et le stress des préparatifs/Courir partout/Des mains tendues et inattendues/Écrire des discours/Un japonais et des cognacs/Un cinéma la veille/Mardi 16 décembre, 10h30, Église Saint-Paul-Saint-Louis/Être touchée par la présence de tant de gens/Replonger en partie dans le passé/Qu'il est beau sur cette photo avec son chapeau/"J'ai toujours préféré la folie des passions à l'indifférence de la sagesse"/Anatole France, son bon maître, en guise d'hommage/Et quel hommage de ce prêtre encore inconnu quatre jours auparavant/Comme s'il avait rencontré Papa/Le crématorium du Père-Lachaise sous un soleil timide/Une cérémonie magnifique/Une émotion si palpable/Des mots qui vont droit au cœur/Les copains d'abord/They can't take that away from me/Hallelujah de Jeff Buckley/Autant de morceaux qui accompagnent cette séparation/Un déchirement/Se retrouver dans un restaurant/Souvenirs, souvenirs/Prolonger cet adieu à six dans un pub/Une veillée de plus de six heures/Des bulles de gaieté dans cet océan de tristesse/Partir en ne marchant plus tout à fait droit/Savoir qu'il aurait adoré ce genre de fin de journée/Parler de tout, de rien.../Un concours de révérences/Un instant qui fait du bien, tout simplement/ Deux jours de repos total devant des séries et des films/Regarder de vieux clichés/Échanger/Un déjeuner italien avec ma mère et mon frère/ Un tour chez Book off/Céder à la tentation et enrichir ma bibliothèque de cinq nouveaux romans/Des démarches encore et toujours/Des soirées avec mon frère et Dora/Le livre de mon ami/Des chocolats/ Une balade dominicale aux Tuileries et dans Paris/Noël.../Une raclette en famille/ Mais des cadeaux pour plus tard/Et un 25 décembre dans la famille de ma mère/Taquiner mon cousin/Des fiançailles annoncées/La vie, toujours/Des regards, des mots, des soutiens/Des projets aussi/Reprendre le blog/Déambuler dans un marché avec ma mère/Encore un déjeuner italien/L'exposition Truffaut/Une jolie journée/Un dimanche dans la famille de mon père/Une raclette, de nouveau/Un Time's up endiablé/Des soirées prévues/Reprendre un quotidien apparemment normal/Retrouver le chemin du travail/Apprendre petit à petit à apprivoiser son absence et la douleur/Hésiter à écrire ce billet/ C'était sa rubrique préférée, celle qu'il attendait toujours/Alors, se lancer/Quitter 2014 avec une partie de nous en moins/Espérer que 2015 réservera de belles surprises et de grandes joies...

29/12/2014

Mon top 2014

Mon top 2014

 

top 2014.jpg

 

Deux jours avant la fin de l'année, je reviens vers vous avec mon top 2014.

Côté adultes, voici les cinq livres qui m'ont le plus marquée:

au revoir là haut.jpeg

-Au-revoir là haut de Pierre Lemaître: j'ai toujours entretenu une certaine méfiance par rapport aux Prix Goncourt. Mais je dois avouer qu'une fois les premières pages tournées, je me suis laissée emporter par cette fresque de l'après-Guerre. Un grand roman avec des personnages et des scènes qui restent longtemps en mémoire.

général du roi.gif

-Le Général du Roi de Daphné du Maurier: encore une fresque mais cette fois-ci pendant la Guerre civile anglaise. L'occasion d'en apprendre plus sur cet épisode historique. L'occasion aussi de faire la connaissance d'un très beau duo de héros (Honor et Richard) et d'être fascinée par leur histoire d'amour.

théorème du homard.JPG

-Le théorème du homard de Graeme Simsion: encore une histoire d'amour mais cette fois-ci beaucoup moins tourmentée. Un ouvrage dans l'esprit des comédies romantiques et qui fait tout simplement du bien.

cette sacrée vertu.jpg

-Cette sacrée vertu de Winifred Watson: un petit bijou d'humour anglais ou comment une journée peut radicalement transformer l'existence d'une vieille fille.

comte de monte cristo.jpg

-Le Comte de Monte-Cristo d'Alexandre Dumas: un héros et une intrigue incroyables, une vengeance implacable, un sens de l'accélération...ou comment se retrouver happée par ce pavé et avoir envie de le retrouver tous les soirs

Côté jeunesse, j'ai été particulièrement séduite par trois albums, deux bandes dessinées et deux romans.

Commençons par les albums:

 

bulle.jpg

 

-Bulle de Charlotte Demanie, avec des illustrations de Justine Brax: l'histoire d'une petite fille pas comme les autres, toujours la tête dans les nuages et que ses proches ont du mal à ancrer dans la réalité. Un ouvrage très poétique sur ces doux rêveurs que nous sommes amenés à croiser au quotidien et dont les images m'ont bluffée.

 

maison en petits.jpg

 

-La Maison en petits cubes de Kenya Hirata, avec des illustrations de Kunio Kâto: un livre sur les souvenirs, sur tous ces instants précieux de vie qui peuplent nos mémoires. Un livre qui m'a tout simplement émue.

 

fil de soie.jpg

 

-Le Fil de soie de Cécile Roumiguière, avec des illustrations de Delphine Jacquot: encore un ouvrage sur la mémoire et la transmission. Au fil de son aiguille, une grand-mère livre un peu de son passé à sa petite-fille. Un travail d'orfèvre, tant au niveau du dessin que du texte.

 

coeur de pierre.jpg

 

J'ai été également particulièrement séduite par Cœur de pierre, une bande dessinée de Séverine Gauthier, illustrée par Jérémie Almanza.  Il appartient à ces albums qui laissent une empreinte et qu'on aime retrouver souvent.

Pour finir, j'aimerais parler de deux romans qui m'ont tous les deux touchée.

 

quatre soeurs.jpg

 

-Quatre sœurs de Malika Ferdjoukh: une année dans la vie de cinq soeurs orphelines. On suit leur quotidien dans leur manoir breton et on oscille sans cesse entre rires et larmes. Comme j'ai regretté de tourner la dernière page!

love letters to the dead.jpg

-Love letters to the dead de Ava Dellaira: un ouvrage épistolaire poignant et une très belle ode à la vie.

Difficile de trancher parmi toutes les lectures de cette année. Et vous, quels titres avez-vous préféré? Lesquels me conseilleriez-vous?

 

23/12/2014

La lumière des étoiles mortes de John Banville

La lumière des étoiles mortes

de

John Banville

la lumière des étoiles mortes,john banville,robert laffont,pavillons,poids des souvenirs,roman à tiroirs

"Billy Gray était mon meilleur ami et je suis tombé amoureux de sa mère. Amoureux est peut-être trop fort, mais je ne vois pas de terme plus faible qui convienne. Tout ça s'est passé il y a un demi-siècle. J'avais quinze ans et Mme Gray trente-cinq. Ce sont des choses qui se racontent volontiers, puisque les mots n'ont aucun complexe et ne sont jamais surpris."

Alex, plus de cinquante ans après, se remémore sa liaison avec la mère de son meilleur ami.

"Ces choses que nous partagions, celles-là et une myriade d'autres, une myriade, myriade, elles demeurent, mais que deviendront-elles lorsque je serai parti, moi qui suis leur dépositaire, le seul à même de préserver leur mémoire ?"

A ces souvenirs se superposent également ceux de sa fille Cass, disparue en mer quelques dix ans auparavant.

 

la lumière des étoiles mortes,john banville,robert laffont,pavillons,poids des souvenirs,roman à tiroirs

 

J'avais entendu parler de ce roman sur le blog de Fanny Dans le manoir aux livres et son billet m'avait donné envie de m'y plonger. Aussi, quand Babelio a proposé ce titre lors d'une de ses masses critiques, je me suis précipitée dessus et je l'ai lu en compagnie de Fanny du blog Le cottage aux livres.

Ce qui m'a immédiatement frappé dans cet ouvrage, c'est le style. Un style à la fois dense, poétique et sensuel. Chaque phrase se déguste.

Le narrateur revient sur son histoire d'amour avec Mrs Gray, la mère de son meilleur ami. Une histoire dont il ne se rappelle pas bien le commencement.

Et nous sommes invités à suivre le fil de sa mémoire. Une mémoire qui lui fait souvent défaut et qui interroge le lecteur sur la teneur des souvenirs. En effet, n'a t on toujours pas tendance à reconstruire notre passé, à l'enjoliver?

A ces flashbacks s'adjoignent ceux sur sa fille Cass. Et le récit de son tournage actuel sur le film L'invention du passé. Trois temporalités s'entremêlent donc au fil des pages et brouillent quelque peu la lecture.

Si vous parcourez régulièrement mon blog, vous savez que j'apprécie beaucoup les romans à tiroirs aux intrigues enchâssées. Malheureusement, la grand difficulté dans ce type de construction est de parvenir à rendre les trois récits aussi intéressants.

Et je n'ai pas été convaincue de la même manière par les trois niveaux de narration. En effet, je me suis surtout intéressée à l'idylle avec Mme Gray, lors d'un été pas comme les autres qui a bouleversé Alex. J'ai trouvé ces passages lumineux, sensuels. Comme si cette étoile morte du passé brillait plus fort que les autres...

De même, ce roman, empreint de nostalgie, invite à une réflexion sur l'existence, sur le poids du passé, sur les regrets qu'on peut avoir, sur l'amour, sur l'amitié, sur les relations familiales...

Bref, vous l'aurez compris: une belle leçon de vie qui souffre néanmoins parfois de longueurs et d'un certain déséquilibre. Il s'agissait de ma première incursion dans l'univers romanesque de John Banville, mais assurément pas de la dernière...

Un grand merci aux éditions Robert Laffont et à Babelio pour cette découverte!

Robert Laffont, 2014, 21,50 €, 346 pages

Billet dans le cadre d'une lecture commune avec Fanny