Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/03/2013

La Marque de Caïn d'Anne Perry

La Marque de Caïn

de

Anne Perry

la-marque-de-cain-anne-perry-9782264029591.gif

"-Mr Monk? dit-elle

Il se retourna. Elle prit une profonde inspriration.

-Mr William Monk?

Il se leva du bureau sur lequel il travaillait. La logeuse avait dû faire entrer la dame par l'extérieur.

-Oui, Madame?

Elle avança encore d'un pas, indifférente au mouvement de ses larges jupons soutenus par une gigantesque crinoline qui vinrent buter contre la table basse. Sa toilette, de bonne coupe, était sans ostensation. La nouvelle venue semblait s'être vêtue à la hâte, sans prêter attention aux détails. Le corsage n'était pas tout à fait assorti à la jupe et le large ruban du chapeau ne tenait que par un gros noeud un peu lâche. Quant à l'expression de son visage au petit nez et à la bouche volontaire, elle trahissait une considérable nervosité"

C'est ainsi que Geneviève Stonefiled s'introduit chez William Monk pour lui demander de retrouver Angus, son mari, disparu depuis trois jours. La dernière fois qu'il a été aperçu, il voulait rendire visite à son jumeau Caleb, un homme "violent, brutal, dangereux, un paria, même parmi la pègre qui peuple les rives du fleuve, au-delà de Limehouse, là où il vit".

Monk accepte de mener l'enquête. Et bien vite, il est convaincu de la disparition d'Angus. Mais comment retrouver le corps? Et surtout, Caleb est-il vraiment le coupable?

anne perry.jpg

Comme vous le savez déjà, j'ai eu la chance de découvrir la série des William Monk grâce au challenge Anne Perry organisé par Syl. Je suis immédiatement tombée sous le charme de ce personnage hors du commun et voici la sixième aventure que je suis.

J'ai eu grand plaisir à retrouver le détective. Après s'être rapproché d'Hester Latterly, il se pose de multiples questions sur leur relation. Mais bien vite, il cède aux charmes d'une certaine Drusilla, l'exact opposé de l'infirmière. Un femme emplie de féminité et qui sait séduire....Une femme qui le met dans une situation fort délicate.

Mais, il peut compter sur le dévouement de ses amis et de l'astucieuse Hester. Cette dernière, depuis Des âmes noires, a pris conscience de ses sentiments. Malheureusement, elle ne peut agir sur eux...Et se retrouve dans l'attente.

Très vite, j'ai trouvé que ce tome se révélait un tome de transition. Anne Perry a nettement pris le parti de ne pas faire évoluer les intrigues amoureuses. Le triangle Hester-Monk-Rathbone n'est toujours pas résolu. Il en va de même pour l'attirance de Lady Callandra pour un médecin. Tout reste en suspense et j'espère que le prochain volume apportera des réponses....

L'intrigue policière ne m'a pas particulièrement convaincue. Pour la première fois, je me suis doutée assez vite de la clé de l'énigme.

Ce qui m'a plu en revanche, c'est le don, une nouvelle fois, d'Anne Perry pour ressusciter le Londres victorien. Elle nous entraîne dans une visite de la capitale, des beaux quartiers aux bas-fonds de Limehouse. On en apprend plus sur le miieu de la pègre, sur les risques de maladie... L'épidémie de typhoïde qu'Hester et Callandra tentent d'endiguer permet de mieux appréhender les conditions de vie des pauvres.

"Le cocher ne s'était pas trompé de beaucoup lorsqu'il avait évoqué la fièvre qui ravageait Limehouse: en fait, il ne s'agissait pas de la maladie respiratoire qu'est le typhus, mais de la typhoïde, trouble intestinal qui frappait dans les habitations et les taudis surpeuplés, diffusé par la malpropreté qui régnait"

La frontière entre la petite bourgeoisie et la pauvreté n'est jamais loin, comme le rappelle Geneviève Stonefield. Si elle s'inquiète tant de la disparition de son mari, c'est aussi parce qu'elle a peur de voir son affaire péricliter et de sombrer dans la misère.

Bref, vous l'aurez compris: un tome de transition quant à l'avenir des personnages récurrents, à l'intrigue moins bien ficelée que les précédentes mais qui permet une exploration des bas-fonds londoniens. J'attends avec plaisir mes prochaines retrouvailles avec Monk.

Lu dans le cadre d'une lecture commune avec Syl, Shelbylee et Adalana.

Billet dans le cadre du challenge Anne Perry, challenge God save the livre 2013, challenge La Plume au féminin 2013 , challenge victorien et challenge du polar historique.

Editions 10/18, collection "Grands détectives", 2001, 444 pages, 8,80 €

anneperry2-copie-1.jpg        Challenge-anglais.jpg


             

   

                                        

 

challenge la plume au féminin.jpg

 

 challenge polar historique.jpglogo-challenge-victorien.png

03/03/2013

Cinq petits cochons d'Agatha Christie

Cinq petits cochons

de

Agatha Christie

cinq petits cochons.gif

"Hercule Poiroit jaugea d'un oeil intéressé la jeune femme qu'on laissait entrer dans son bureau. Elle lui fit une impression favorable.

La lettre qu'elle lui avait envoyée était fort peu explicite: c'était une simple demande de rendez-vous, brève et fonctionnelle, sans aucune allusion à son objet. Seule la fermeté de l'écriture indiquait que Carla Lemarchant était une jeune personne"

Cette dernière souhaite que le détective enquête sur une affaire vieille de seize ans. Son père, le célèbre peintre Amyas Crane, avait été retrouvé empoisonné. Très vite, les soupçons s'étaient portés sur sa mère et elle avait été condamnée. Mais, persuadée de son innocence, Carla "veut la vérité".

Hercule Poirot accepte cette mission. Il commence par retrouver les avocats et avoués qui ont servi l'accusation et la défense lors du procès de Caroline Crane.

En les écoutant donner leurs avis sur les cinq autres personnes présentes sur les lieux du crime, une comptine lui revient en mémoire:

"Premier petit cochon s'en est allé au marché

Deuxième petit cochon n'est pas sorti de chez lui

Troisième petit cochon a mangé tout le pâté

Quatrième petit cochon n'a rien eu pour lui

Cinquième petit cochon a pleuré, groui, groui, groui"

Il s'agit maintenant pour lui de retrouver ces "cinq petits cochons"...et de déterminer si Caroline Crane a réellement assassiné son époux.

 

Agatha_Christie.png

Agatha Christie a publié cette vingt-deuxième aventure d'Hercule Poirot en 1942. Elle constitue avec Une mémoire d'éléphant une des rares oeuvres où une enquête est menée sur un crime commis plus de dix ans auparavant. Un moyen pour le détective belge de prouver une nouvelle fois qu'on ne trouve pas le coupable à partir d'indices recueillis mais grâce aux "cellules grises"

"J'ai entendu parler de vous [...] De vos succès. De la façon dont vous les avez obtenus. C'est l'élément psychologique qui vous intéresse, n'est-ce pas? Eh bien, lui ne change pas avec le temps. Ce sont les éléments tangibles qui disparaissent: un mégot, des traces de pas, des brins d'herbe couchés. Eux sont définitivement perdus. Mais rien ne vous empêche de reprendre l'affaire de zéro, de vous entretenir éventuellement avec des gens qui étaient là à l'époque-ils sont encore tous vivants. Ensuite, comme vous avez dit tout à l'heure, vous vous installerez tout à l'heure dans votre fauteuil pour réfléchir. Et vous découvrirez ce qui s'est passé."

Ce roman policier s'articule en quatre parties distinctes: une introduction suivie de trois livres.

Lors de l'introduction, nous sommes mis en présence de la jeune Carla Lemarchant qui réclame justice. Tout laisse à penser que sa mère a bien assassiné son père mais elle est convaincue de son innocence. En voyant le détective accepter de reprendre l'affaire, le lecteur est amené à penser qu'elle a sans doute raison.

Mais, dès le début du livre I, cette idée est remise en cause. Dans cette partie, s'enchaînent les témoignages. Hercule Poirot rencontre, tour à tour, l'avocat de la défense; l'accusation; les deux avoués; le superintendant de police et les "cinq petits cochons". Tous sont certains que la bonne coupable a été jugée.

Cependant, ils ont tous un avis différent sur cette femme. Elle les a tous fascinés mais pas de la même façon.

Il en va de même pour son mari, le célèbre peintre, Amyas Crane. Un artiste égoïste, passionné, Don Juan...Un homme sans doute insupportable au quotidien mais qui ne pouvait laisser indifférent.

Ces deux personnalités dominent toute l'oeuvre mais contrairement aux autres ouvrages de la "Duchesse de la mort", nous ne les voyons jamais directement agir, parler... Ils sont tous deux morts depuis seize ans et nous ne conserverons d'eux que les images véhiculées par leurs amis, avocats, amants...

A l'exception des deux lettres de Caroline Crane, deux des ressorts de l'intrigue: la première pousse sa fille à relancer une affaire vieille de 16 ans et la seconde permet de mieux comprendre son geste.

Ce premier livre est également l'occasion de rencontrer les "cinq petits cochons": Philip et Meredith Blake, les deux amis d'enfance d'Amyas Crane; Elsa Greer, la jeune maîtresse du peintre; la gouvernante Miss Williams et la soeur de Caroline, Angela Warren. On sent qu'ils ont tous été brisés par ce drame. Pour eux, c'était inexorable... Amyas allait quitter sa femme et elle ne l'a pas supporté.

On retrouve ces cinq témoins clés dans le second livre sous la forme de leurs témoignages écrits. Leurs confessions se succèdent et éclairent encore plus les journées précédant le meurtre ainsi que la matinée de ce dernier. Des fragments de conversation sont reconstitués, des liens avoués....

Dans le troisième livre, Hercule Poirot revient vers eux pour cinq dernières questions. Puis, arrive la conclusion...de ce drame en trois actes.

Une fois encore, Agatha Christie montre sa faculté à nous mener de fausse piste en fausse piste. La résolution de l'énigme très psychologique m'a également beaucoup plue.

Bref, vous l'aurez compris: un très bon cru des aventures du célèbre détective belge qui m'a donné envie de continuer mes découvertes ou redécouvertes de l'auteur.

Le Livre de Poche Jeunesse, 2003, 349 pages, 5,50 €

Lu dans le cadre du challenge God save the livre 2013

 

Challenge-anglais.jpg


 

 


 

 

27/02/2013

Le Train de 16h50

Le Train de 16h50

de

Agatha Christie

le train de 16h50.jpg

"Le souffle court, Mrs McGillicuddy trottinait le long du quai à la poursuite de son porteur. Mrs McGillicuddy était courtaude et replète, le porteur était grand et avançait à longues enjambées. S'il s'était chargé de la valise, Mrs McGillicuddy, qui venait de faire ses achats de Noël, croulait sous le poids d'une multitude de paquets. La lutte était donc inégale et Mrs McGillicudddy amorçait tout juste la ligne droite que déjà l'homme disparaissait, avalé par une courbe à l'autre extrémité du quai"

Le train démarre. Après un léger assoupissement, Mrs McGillicuddy se met à observer le paysage. Puis, elle remarque un train qui semble faire la course avec le sien. En observant de plus près, elle aperçoit, dans un compartiment, une femme étranglée par un homme brun. Elle avertit immédiatement le contrôleur, ainsi qu'à la station suivante le chef de gare.

Le voyage se poursuit. Mrs McGillicuddy est attendue dans le village de St Mary Mead où réside sa vieille amie Miss Marple.

"Oh, Jane! Je viens d'assister à un meutre"

Le lendemain matin, les deux vieilles demoiselles s'attendent à voir l'assassinat à la une des journaux. Mais rien...Elles alertent la police qui ne trouve pas de corps et pense que Mrs McGillicuddy a "exagéré la gravité [...] de la scène qu'elle a décrite"

Toutefois, Miss Marple ne se laisse pas décourager....Et elle débute, avec l'aide de Lucy Eyelesbarrow, une de ses jeunes connaissances, sa propre enquête.

 

Agatha_Christie.png

En voyant Bianca parler de la Dernière énigme, j'ai eu très envie de me plonger à mon tour dans un Agatha Christie. Adolescente, j'adorais cet auteur et j'avais dévoré plusieurs volumes des aventures du célèbre détective belge. Mais, autant j'avais une vraie prédilection pour Hercule Poirot, autant je n'étais pas du tout attirée par les intrigues mettant en scène Miss Marple. Je la trouvais trop envahissante, trop fouineuse...

Et ce roman m'a prouvé que j'avais tort. Je resterai toujours fidèle à Hercule mais je me permettrai quelques incursions dans l'univers de Jane.

J'ai trouvé le point de départ de l'intrigue très fort: un témoin assiste à un meutre commis dans un train, aucun corps n'est retrouvé et tout reste à trouver prouver.

Les premières démarches n'aboutissent à rien. L'amie de Miss Marple aurait-elle rêvé? Notre enquêtrice est certaine du contraire

"Posément, comme un général projetant une campagne [...], Miss Marple passa en revue les éléments, qui plaidaient en faveur d'une initiative de sa part , et ceux qui s'y opposaient. Dans la colonne des "pour", on relevait:

1. Ma longue expérience de la vie et de l'âme humaine

2.Sir Henry Clithering et son filleul (aujourd'hui à Scotland Yard si je ne m'abuse)

3. Le deuxième fils de mon neveu Raymond, David, qui travaille, j'en suis pratiquement certaine, dans les chemins de fer britanniques

4. Leonard, le fils de Griselda, qui est si calé en cartes géographiques"

Une fois son plan de bataille établi et ses premiers pions avancés, Miss Marple va rechercher l'aide d'un alliée. Elle la trouve en la personne de Lucy Eyelesbarrow, son ancienne garde-malade. Cette jeune femme se fait engager au manoir de Rutherford Hall comme gouvernante/cuisinière.

Ce domaine pourrait, en effet, abriter le corps mystérieusement volatilisé. Lucy se met donc en quête d'indices, observe attentivement ses employeurs...

Comme vous vous en doutez, cette persévérance va se révéler payante...Bien vite, Lucy découvre un cadavre. Et l'enquête officielle peut enfin démarrer. Reste à déterminer l'identité de la victime étranglée et bien entendu, du coupable.

Les investigations se poursuivent, les meurtres se multiplient, les fausses pistes s'enchaînent...Et la reine du crime se montre de nouveau à la hauteur de sa réputation. Jusqu'aux dernières pages, je n'ai pas soupçonné l'identité du meutrier.

J'ai beaucoup aimé l'idée de Miss Marple ayant besoin de quelqu'un pour la seconder. Le choix d'une jeune aide apporte un peu de piment, dans le sens où elle va faire tourner bien des têtes à Rutherford Hall. C'est d'ailleurs un des éléments que j'apprécie chez Agatha Christie: outre sa faculté à construire des intrigues incroyables, elle imagine de jolies histoires de coeur.

De plus, les personnages secondaires m'ont beaucoup intéressée. Certains de leurs défauts (la radinerie du père que l'on retrouve chez deux des rejetons) m'ont bien amusée.

Même si elle est sans doute moins présente que dans d'autres tomes, Miss Marple interagit avec eux, notamment lors d'une scène de thé où l'écrivain montre tout son talent pour décrire l'hypocrisie de la bonne société. Mais notre héroïne n'est pas dupe. Elle observe, comprend et analyse avec un grand discernement les relations entre chacun. Pour émettre ses jugements, elle a souvent recours aux comparaisons avec les habitants de son village (un tic qui m'agaçait au plus haut point quand j'étais adolescente mais qui m'a fait sourire à plusieurs reprises lors de cette lecture)

"Savez-vous à qui vous me faites penser? Au jeune Thomas Eade, le fils de mon directeur de banque. Il adore choquer son monde"

Bref, vous l'aurez compris: j'ai passé un très bon moment de lecture avec ce roman policier habilement construit et plein d'humour so british. Ce ne sera définitivement pas la dernière aventure de Miss Marple dans laquelle je me lancerai!

Le Livre de Poche, 2009, 254 pages, 5,20 €

Lu dans le cadre du challenge Au service de... et du challenge God save the livre 2013 d'Antoni.

 

Challenge Au service de... (2).jpg                                                

Challenge-anglais.jpg